Le Souffle et la Flamme

Categories Artistes, Publications
couturier_septentrion

En librairie le 1er novembre 2016.


LE SOUFFLE DE LA FLAMME
Marie-Alain Couturier au Canada et ses lettres à Louise Gadbois
Monique Brunet-Weinmann

Cet essai documente le rôle joué par Marie-Alain Couturier dans l’histoire de l’art au Québec de 1940 à 1948. Cette synthèse chronologique de ses activités dévoile les interventions du Père pour favoriser la Résistance au Canada et révèle l’importance de ses propres oeuvres, peintes durant son exil.

Le passage de Marie-Alain Couturier de l’École des Beaux-Arts à l’École du Meuble déclenche involontairement les hostilités entre les deux institutions montréalaises puisqu’il est un fauteur de trouble pour le camp académiste de Maillard, mais un franc-tireur protégé par l’Église pour le clan Borduas. Son éloignement aux États-Unis sera le prix à payer pour défendre la liberté. Rentré en France à la fin de la guerre, il retourne à New York en janvier 1947 pour organiser une exposition d’art moderne canadien à Paris. Ses efforts se soldent par un fiasco : sabotage et non sabordage, qui coïncide avec la fin de la Société d’Art Contemporain à la veille du Refus global. Ses lettres à Louise Gadbois forment, avec les notations du journal de celle-ci, un duo d’outre-tombe riche en informations qu’éclairent des notes substantielles.

Consultez le communiqué de presse en pdf ici.


  • Premier livre qui documente la présence du Père Couturier au Québec durant les années 1940-1948, cruciales pour l’histoire de l’art d’ici ;
  • Première analyse de son oeuvre picturale illustrée de nombreuses reproductions ;
  • Édition annotée des lettres inédites qu’il adressa à Louise Gadbois, son amie peintre montréalaise, du 8 juin 1941 au 23 novembre 1953 ;
  • Comprend des extraits du journal de Louise Gadbois qui détaillent l’emploi du temps du Père à Montréal et témoignent d’un milieu culturel très actif autour de la Société d’Art Contemporain. On y voit les relations de Marie-Alain Couturier avec des artistes tels que Lyman et Borduas ;
  • « Changer le point de vue, c’est changer l’histoire » : les années qui précèdent le Refus global apparaissent ici sous un éclairage différent qui instaure un nouveau paradigme.

logo_septentrion
prix


monique_brunet_weinmann_2016Diplômée en lettres et en histoire de l’art, Monique Brunet-Weinmann a enseigné à plusieurs universités, dont McGill, l’UQAM et Saint-Paul à Ottawa. Collaborant depuis 1974 à Vie des Arts et Parcours, elle a reçu en 1993 le prix du Conseil de la culture des Laurentides. Elle a signé des livres sur Jean Paul Riopelle, Louis Jaque, Louise Gadbois et Mary Bouchard et a réalisé une douzaine d’expositions, dont la Rétrospective Louise Gadbois, 1932-1982 à la Galerie de l’UQAM.

 

VOIR AUSSI : http://mhweinmann.com/marie-alain-couturier/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *